• 14 MAR 19
    • 0
    L’Onsil prend acte de la détermination des syndicats englués dans des négociations depuis deux ans face à un Directeur général de la Cnamts déterminé à ne rien lâcher pour la profession infirmière.

    L’Onsil prend acte de la détermination des syndicats englués dans des négociations depuis deux ans face à un Directeur général de la Cnamts déterminé à ne rien lâcher pour la profession infirmière.

    L’Onsil  salue la création de la lettre clé AMI 1.2 pour la prise en charge des patients atteints de troubles cognitifs, ainsi que la revalorisation de certains pansements.

    Cette détermination a permis d’obtenir quelques mesures qui peuvent paraître insignifiantes, mais qui sont tout de même LA porte d’entrée à une reconnaissance future de notre rôle propre.

    L’Onsil regrette toutefois que les syndicats n’aient négocié qu’une expérimentation du BSI pour les patients de plus de 90 ans, plutôt que d’essayer de mettre en place une véritable consultation infirmière, seule reconnaissance et valorisation de notre expertise professionnelle.

    De la même façon, l’Onsil regrette que les négociations n’aboutissent qu’à une revalorisation majoritairement marginale de notre activité (patients de plus de 90 ans, enfants de moins de 7 ans, actes en AMI 1,25, et déplore également que M. le Directeur général n’ait absolument pas voulu revaloriser nos lettres clés.

    Une bataille a été gagnée, il faut ne pas s’en satisfaire. Nous devons donc continuer le combat et demander une révision complète de la convention et de la NGAP.

    Pour sauver notre exercice, l’adapter aux nouvelles technologies et ouvrir notre profession à plus d’autonomie par l’obtention d’une véritable consultation infirmière, syndiquez-vous massivement à l’Onsil, le syndicat sans compromis !

    Adhérez par tous moyens de paiement en cliquant ICI 

    Leave a reply →