fbpx
    • 12 OCT 22
    • 0
    Communiqué de Presse:                      Pénurie de carburant,                                 Face à l’immobilisme de l’État, c’est deux millions de patients qui vont être en rupture de soins !

    Communiqué de Presse: Pénurie de carburant, Face à l’immobilisme de l’État, c’est deux millions de patients qui vont être en rupture de soins !

    Aujourd’hui la grève est reconduite dans les raffineries, il n’y a plus de carburant dans les stations, et faute que le gouvernement n’ait voulu inscrire les infirmières et infirmiers libéraux sur la liste des personnes prioritaires, nous serons et nous sommes, pour certains déjà, dans l’impossibilité de poursuivre notre mission de continuité des soins.

    Cela  aura pour conséquence inévitable l’hospitalisation de quelques deux millions de patients qui sont suivis à domicile.

    L’Onsil a interpelé sans succès des députés, des sénateurs, alerté les instances, mais aucune réponse à ce jour.

    Dans ce contexte d’immobilisme, de mépris et de désorganisation totale, l’Onsil demande aux infirmiers de ne plus faire des kilomètres et de passer des heures à tenter d’obtenir un carburant qui n’est pas aux pompes et pour lequel ils ne sont pas prioritaires ; de ne pas faire les soins à pied ou en vélo, comme nous l’entendons :

    Ce n’est pas aux infirmiers de trouver des solutions aux problèmes et à se mettre en difficulté !

    Les infirmiers et tous les professionnels de santé doivent mettre les politiques et les Ordres face à leurs responsabilités pour que la situation cesse.

    Les infirmiers ont dans leur main une arme fatale, l’Onsil demande qu’ils et elles s’en servent !

    Regroupez-vous, retrouvez-vous devant vos préfectures pour témoigner de votre détermination. Nombre de groupes infirmiers sur WhatsApp ou ailleurs se sont constitués depuis le Covid pour faire face, seuls, à la crise sanitaire. L’Onsil vous invite à vous organiser de la même manière pour faire entendre notre colère, vous pouvez aussi leur écrire.

    Et si aucune solution rapide n’est trouvée, si les infirmiers libéraux ne sont pas sur la liste des profession prioritaires, c’est que la continuité des soins imposée à notre seule profession n’est qu’un leurre pour nous imposer d’accepter l’inacceptable et mettre nos patients en danger, disons stop à tout ceci et faisons hospitaliser nos patients pour leur propre sécurité et la nôtre !

    Antoinette Tranchida,

    Présidente.

    Contact presse : 06 07 08 01 19

    Leave a reply →