fbpx
    • 09 SEP 22
    • 0
    Déserts médicaux

    Déserts médicaux

    Deux groupes de travail transpartisans viennent d’être créés par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Dédiés à l’accès aux soins et à la longévité et l’autonomie, ils devront se traduire par des « propositions consensuelles » afin d’alimenter le PLFSS* pour 2023 et la conférence des parties prenantes de septembre prochain.

    Sur le problème de l’accès aux soins, l’Onsil va contacter les députés membres de ces groupes de travail pour leur faire part d’un ensemble de propositions en faveur de l’exercice Libéral infirmier :

    • notre place et notre rôle au sein de la médecine de ville en tant qu’acteurs indispensables et complémentaires ;
    • le modus operandi à revoir en faveur d’un exercice libéral innovant, protecteur et bienveillant à tous égards, aussi bien pour les patients, les hôpitaux, les médecins, l’ensemble des partenaires médico-sociaux que pour les infirmiers libéraux eux-mêmes ;
    • la proposition de consultation infirmière de premier recours, qui est l’équivalent de l’infirmière de premier recours à ce jour est plus que jamais, compte-tenu du contexte que nous connaissons, une mesure d’actualité ainsi qu’une une attente incontournable pour la profession et que l’Onsil a été le premier syndicat à défendre et même à exiger dans le cadre de la dépendance et du maintien à domicile des personnes âgées et compte tenu du contexte actuel.

    C’est l’infirmière libérale doit être autorisée à qui devrait prendre des décisions dans le cadre de son rôle propre à la place du médecin, doit pouvoir renouveler certaines les ordonnances, suivre les patients chroniques, etc., ce qui contribuerait à la fois à désengorger les urgences, économiser du temps médical et pallier aux déserts médicaux mais aussi et surtout permettrait de réaliser des économies non négligeables pour notre système de santé.

    En attendant que des décisions soient convenues et conclues entre l’État et les médecins afin de résoudre le problème de la désertification médicale, des gardes et/ou astreintes médicales, de la continuité des soins, etc. pourquoi ne pas utiliser, comme il se doit, l’ensemble des compétences et les disponibilités des infirmiers libérauxprésents quant à eux et depuis 2008 sur l’ensemble du territoire, en respectant une obligation de continuité du soin h24 et 7 jours sur 7 ?!

    Il serait bien sur préférable que l’on trouve des solutions pour permettre, sinon obliger, les médecins à s’installer dans ces déserts médicaux, puisqu’il faut bien reconnaître qu’en grande majorité ils s’y refusent.

    Mais tant que rien n’est fait pour répondre à l’urgence, il y a des gens qui souffrent, des patients qui ne sont pas suivis, des personnes encombrent inutilement les urgences et/ou sont hospitalisés par défaut de prise en charge sans raisons médicales véritablement justifiées et sans parler de l’auto médicamentation abusive et dangereuse induite par défaut d’accompagnement médical, etc. qui se retrouvent à l’hôpital alors qu’ils ne devraient pas.

    Les infirmiers sont là pour assumer des missions qu’on leur refuse !


    Ce statut quo inefficace, inopérant, archaïque, totalement incompréhensible qui consiste à ne pas reconnaitre la place et le rôle des infirmiers libéraux au sein de la médecine de ville, se paye cher pour les comptes publics.

    L’Onsil a proposé des solutions à  M. Véran lorsqu’il était ministre de la santé et il nous avait déclaré être très intéressé, mais l’actualité a une fois de plus balayé les propos tenus et nous nous retrouvons au point mort.

    Nous ne manquerons pas de vous informer sur les suites données par les députés que nous aurons rencontrés, le nouveau ministre de la santé les écoutera-t-il ?

    Et si vous souhaitez nous accompagner pour rencontrer les députés proches de chez-vous, n’hésitez pas :

    Contactez-nous ici : contact@onsil.fr

    Rejoignez-nous d’un simple clic ici : https://www.onsil.fr/adhesion-a-l-onsil/

    *PLFSS : Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale

    Source : Hospimedia

    Leave a reply →