fbpx
    • 18 AOÛT 21
    • 0
    Réingénierie de la profession d’infirmier qui tarde, lenteur de délivrance des autorisations de remplacements, sanctions à la non-vaccination ; décidément être infirmier aujourd’hui relève de l’exploit !

    Réingénierie de la profession d’infirmier qui tarde, lenteur de délivrance des autorisations de remplacements, sanctions à la non-vaccination ; décidément être infirmier aujourd’hui relève de l’exploit !

    Le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé l’octroi du grade master pour les futurs diplômés en masso-kinésithérapie, c’est désormais chose faite avec la publication d’un décret n° 2021-1085 du 13 août 2021 paru au Journal officiel du 17 août.  

    L’Onsil ne peut que féliciter l’ordre des masseur kinésithérapeute qui a atteint l’objectif tant attendu de cette profession qui a su évoluer : la reconnaissance du Grade Master.

    Mais qu’en est-il de la réingénierie de la profession d’infirmier portée par un ordre totalement désordonné depuis quelques mois, qui n’arrive pas à délivrer en temps et heure les autorisations de remplacements des infirmiers ?

    Qui, de surcroit, va être chargé de vérifier les re certifications de notre profession à compter de 2023 mais aussi d’appliquer les sanctions, dès octobre prochain, aux infirmiers qui refusent la vaccination, quel qu’en soit leur motivation et pour lesquels l’Onsil se refuse de porter tout jugement ?

    Décidément être infirmier aujourd’hui relève de l’exploit !

    Depuis plus de 18 mois nous n’avons eu de cesse de lutter contre cette pandémie en répondant tant bien que mal aux besoins de la population au risque de nos vies.

    Certains ont été contaminés et en gardent des séquelles très sévères,  d’autres y ont laissé leur vie.

    La seule réponse de nos tutelles est toujours plus d’obligations et toujours moins de reconnaissance.

    Hier nous avons tous reçu un mail d’ameli nous informant qu’à partir du 16 octobre, tout infirmier non vacciné seraient purement et simplement interdits d’exercer (retrouvez notre fiche informative ici).

    L’Onsil déplore une nouvelle fois le procédé employé par les pouvoirs publics qui menacent par ce biais l’exercice des professionnels et du coup risquent de mettre en danger la population prise en charge et d’aboutir à une rupture de soins ni plus ni moins avec les conséquences que cela aura sur les malades.

    A aucun moment on ne tient compte de la détresse de certains professionnels qui ont fait le choix, difficile à mon sens ,de s’opposer à la vaccination.

    En tant que présidente et personnellement atteinte sévèrement par le covid lors de prise en charge en soin de patients contaminés, contamination ayant abouti à une hospitalisation en réanimation, je ne peux que personnellement inciter les professionnels de santé à se faire vacciner.

    Le covid a failli me tuer, et j’ai réalisé à quel point la vie ne tenait qu’à un fil,  les jours passés en réanimation restent présents dans mon esprit à tout moment, ce fut un réel traumatisme que je peine aujourd’hui à dépasser. Quelque chose s’est brisé en moi.

    Aussi je ne souhaite à personne de traverser une telle épreuve et j’en appelle au bon sens des mes collègues infirmiers : ne prenez pas le risque d’être contaminé ou de contaminer un de vos proches.

    Le covid est une maladie qui tue, il est bien réel et s’installe chez ses hôtes sans frapper.

    Protégez-vous, vaccinez-vous !

     

    Antoinette Tranchida,

    Idel et Présidente de l’Onsil.

    Leave a reply →