fbpx
    • 15 MAR 21
    • 0
    Vaccin Covid : comment peut-on rémunérer les pharmaciens mieux que les infirmiers, alors qu’il s’agit d’un acte qui fait partie de notre cœur de métier ?

    Vaccin Covid : comment peut-on rémunérer les pharmaciens mieux que les infirmiers, alors qu’il s’agit d’un acte qui fait partie de notre cœur de métier ?

    L’Arrêté du 12 mars 2021 modifiant l’arrêté du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures d’organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire interroge l’Onsil.

    Alors, non seulement le Ministre nous exclut de la prescription vaccinale Covid19, mais en plus nous ne serons pas indemnisés de la même façon ?

    Nous ne pouvons nous poser qu’une seule question, comment peut-on rémunérer les pharmaciens mieux que les infirmiers, alors qu’il s’agit d’un acte qui fait partie de notre cœur de métier et que lesdits pharmaciens ne sont aucunement formés à injecter ce type de produit si particulier pour le coup ?

    Si nos collègues pharmaciens nous sollicitent pour leur enseigner notre art, il est fort à craindre que nombre d’entre-nous  leur opposeront une fin de non recevoir.

     

    Pour aller plus loin : 

    *L’article 18-1 de l’arrêté du 10 juillet 2020 susvisé est ainsi modifié :
    a) Au I, les mots : « Les médecins libéraux et les médecins des centres de santé » sont remplacés par les mots : « Les professionnels de santé libéraux et des centres de santé, habilités, » ;
    b) Avant le dernier alinéa du III, il est inséré un 3° et un 4° ainsi rédigés :
    « 3° Pour les sages-femmes diplômées d’Etat libérales ou exerçant en centre de santé : 280 euros par demi-journée d’activité d’une durée minimale de quatre heures et 300 euros par demi-journée d’activité effectuée le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés. En cas d’intervention inférieure à quatre heures, le forfait est égal à 70 euros par heure ou 75 euros le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés ;
    « 4° Pour les pharmaciens libéraux : 280 euros par demi-journée d’activité d’une durée minimale de quatre heures et 300 euros par demi-journée d’activité effectuée le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés. En cas d’intervention inférieure à quatre heures, le forfait est égal à 70 euros par heure ou 75 euros le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés ; » ;
    c) Après le III, il est inséré un III bis ainsi rédigé :
    « III bis. – Par dérogation aux articles L. 162-1-7 et L. 162-14-1 du code de la sécurité sociale, les professionnels de santé suivants peuvent facturer un acte d’injection du vaccin contre la covid-19 qui est valorisé comme suit :
    « 1° Pour les sages-femmes libérales ou exerçant dans une des structures mentionnées à l’article L. 162-1-7 du code de la sécurité sociale : 25 euros si l’injection est réalisée au cours d’une consultation, 9,60 euros si l’injection est réalisée en dehors d’une consultation ;
    « 2° Pour les pharmaciens libéraux : 7,90 euros pour la prestation d’injection du vaccin contre la covid-19 réalisée en officine et 6,30 euros pour une prestation effectuée dans un cadre collectif et en dehors des conditions habituelles d’exercice. Ces tarifs sont majorés de 30 centimes d’euros pour les régions et départements mentionnés dans le tableau 2 de l’annexe à l’article 3 du présent arrêté. L’honoraire de la prestation réalisée en officine couvre la vérification de l’éligibilité du patient à la vaccination selon les priorisations du déroulement de la campagne vaccinale, des contre-indications à la vaccination et l’injection du vaccin. » ;
    d) Le IV est complété par un 5° ainsi rédigé :
    « 5° Pour les sages-femmes retraitées, pour chaque heure d’activité : 32 euros entre 8 heures et 20 heures, 48 euros entre 20 heures et 23 heures et entre 6 heures et 8 heures et 64 euros entre 23 heures et 6 heures ainsi que le dimanche et les jours fériés ; ».

    Leave a reply →