• 19 NOV 20
    • 0
    Le ministère met l’accent sur la continuité de l’aide à domicile, mais qu’en est-il du soin à domicile ?

    Le ministère met l’accent sur la continuité de l’aide à domicile, mais qu’en est-il du soin à domicile ?

    Dans Hospimedia du 16 novembre, nous lisons que le ministère des Solidarités et de la Santé publie un protocole actualisé pour l’accompagnement des personnes âgées à domicile, où contrairement à la première vague de Covid-19, l’accent est mis sur la continuité de l’activité des services.

    C’est bien de mettre en place tout cela  pour l’aide, mais il faudrait pareil pour le soin.

    L’aide n’ est pas le soin, et le maintien à domicile comprend non seulement de l’aide mais du soin, et soin, c’est prévention éducation suivi et pas seulement acte technique !

    L’Onsil demande un Ségur* II, un Ségur de la santé à domicile, pour que soit enfin reconnu le rôle des infirmiers dans la prévention, l’éducation et le suivi de la santé dans la population.

    L’Onsil demande la reconnaissance du rôle propre de l’infirmière, non seulement dans ses compétences, mais aussi reconnaissance par l’Assurance maladie, et donc son paiement et son remboursement.

    L’Onsil demande enfin la reconnaissance de l’infirmière de premier recours, qui permettra la reconnaissance de la consultation infirmière.

    Soutenez l’Onsil, adhérez à l’Onsil d’un simple clic ici

    ———————————————————————————————————————————————————————-

    *Le Ségur de la santé est une consultation des acteurs du système de soin français qui s’est déroulée du 25 mai 2020 au 10 juillet 2020 dont l’objectif présenté est de mettre en place une « grande réunion multilatérale des partenaires sociaux au ministère» afin de présenter un plan «  pour traduire tout ce qui peut l’être dans le prochain budget de la sécurité sociale ».

    Mais, comme nous l’analysions dans nos colonnes le 31 juillet, le Ségur de la santé a accouché d’un souriceau ! Loin de permettre de mettre à plat tout ce qui fait que le système de santé a été mis en défaut tant à l’hôpital qu’en ville pendant la crise sanitaire mais aussi depuis des décennies, il a confirmé un système toujours plus médico-centré et nous le regrettons, car s’éloigne ainsi la possibilité d’une consultation infirmière de premier recours pour les idels ainsi que plus d’autonomie en sortant du modèle « tout prescrit ». https://www.onsil.fr/blog/2020/07/31/le-segur-de-la-sante-a-bien-accouche-dun-souriceau/

     

    Leave a reply →