• 23 JUIL 20
    • 0
    Hommage du 14 juillet aux soignants

    Hommage du 14 juillet aux soignants

    Oui bien sûr, cela fait toujours plaisir d’être reconnu pour le travail fait et les initiatives prises, ainsi que les risques.

    Mais n’oublions pas que si le 14 juillet est la commémoration de la prise de la Bastille et de la fin de la monarchie, c’est aussi le « symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est le 14 juillet 1790 qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire. »

    Tout cela est écrit dans la Loi qui promulgue le 14 juillet comme fête nationale française en 1880.

    Il ne suffit donc pas d’une reconnaissance médiatique pour montrer l’unité nationale, cette unité passe par un partage des valeurs qui ne s’arrête pas à une date donnée, notre cas le 11 mai.

    L’unité des français passe par des actes sociaux et comptables.

    Pour les travailleurs de la santé, cela veut dire des conditions de travail dignes, pour les malades des conditions de soins adaptées.

    Plus de lits, plus de personnels, plus de reconnaissances des compétences, plus de revenus.

    Après les applaudissements des invités du 14 juillet de M. Macron, nous avons eu un faux semblant de reconnaissance lors de la signature du Ségur de la santé.

    Union fraternelle vous avez dit ?

    De la com toujours de la com, aucune prise de responsabilité de la part de ce Gouvernement.

    L’Onsil demande encore et toujours des actes : accès direct à notre profession et reconnaissance de notre rôle propre à domicile.

    Leave a reply →