• 08 JUIL 20
    • 0
    L’Onsil réagit à la cessation d’activité opérationnelle d' »Espace Vie », en Essonne

    L’Onsil réagit à la cessation d’activité opérationnelle d' »Espace Vie », en Essonne

    Après la parution hier, dans Le Parisien, de l’annonce d’Espace vie de cesser toute activité opérationnelle concernant les projets de CPTS sur la région Île de France, l’Onsil réagit.

    En effet, ce sont 10 ans de travail minutieux accomplis par Espace Vie qui sont définitivement jetés au panier car le « titre » ne correspond pas aux attentes de l’ARS Île de France !

    Les enjeux de santé publiques sont passées aux oubliettes !

    L’arbitrage du Conseil Territorial de Santé, qui est neutre, dans le cadre de la médiation publique, a été refusé.

    Force est de constater que l’ARS ne veut pas d’une entité qu’elle ne peut contrôler. Espace Vie avait fait l’exploit de réunir mais surtout de mettre d’accord des centaines de professionnels de santé en son sein et ceci avec l’unique objectif d’améliorer le parcours de soin sécurisé du patient !

    Pourtant la circulaire ministérielle était claire : « toutes les initiatives doivent être soutenues, avec mettre en place un coordinateur, des conventions, renouvelables ». Cela n’a jamais été fait.

    Concernant le budget, seuls 450 000 € ont été versés pour 2019 et non 600 000 € comme indiqué dans le journal. Pour 2020 , la contribution de l’Ars chute brutalement à 150 000 €/an. Cette baisse de budget empêche le maintien de ce qui existe c’est-à-dire une réponse 24/24 et 7J/7 aux nombreuses demandes de prises en charge (une centaine par jour). Pour rappel, les CPTS constituées et validées sont financées par les Cpam ; l’Ars île de France n’a quant à elle validé que 3 projets sur 10, mises en place par espace vie ; cela remen en cause le travail de coordination entre les 10 projets.

    Cela contredit totalement la circulaire ci-dessous :

    « Instruction n° DGOS/DIR/CNAM/2019/218 du 9 octobre 2019 portant dispositions et modalités d’accompagnement à proposer aux porteurs de projets des communautés professionnelles territoriales de santé »

    « … Le soutien apporté aux porteurs de projet par les deux réseaux des agences régionales de santé et de l’assurance maladie (régime général et Mutualité sociale agricole) doit permettre de faciliter la construction de leurs projets de santé jusqu’à leur validation puis leur adhésion à l’ACI permettant un financement pérenne des différentes missions choisies par les communautés professionnelles. Ce soutien devra être visible et accessible aux professionnels de santé ; vous vous appuierez utilement sur le guichet unique à cette fin…”

    On ne peut qu’être dubitatif sur les intentions réelles des tutelles qui visiblement n’ont qu’un seul objectif : mettre tout le monde ne ordre de marche selon ses objectifs à elles et pas forcément en accord avec les besoins réels, et surtout empêcher les professionnels de se structurer tous ensemble et conformément aux besoins réels des patients.

     

    Avis à tous ceux qui sont en train de créer leurs CPTS :

    Tout n’est pas simple et limpide comme on veut nous le faire croire. Les ARS sont surtout là pour mener à bien le plan ma Santé 2022, imposer un fonctionnement et sûrement pas pour mettre en avant notre rôle de coordinateur.

     

    Leave a reply →