• 26 MAI 20
    • 0
    Le système de santé français pointé du doigt par la Commission européenne.

    Le système de santé français pointé du doigt par la Commission européenne.

    Dans ses recommandations annuelles à destination des États membres, la Commission européenne émet cette année des recommandations après avoir analysé la réaction des systèmes de santé.

     

    Concernant la France, elle n’y va pas par quatre chemins. Si notre pays a bien mobilisé sa réserve en personnel et ses retraités, « la coordination de la réaction entre tous les segments du système de santé » pose problème.

     

    Elle parle aussi de « lacunes »quand elle constate l’impréparation et le manque d’anticipation de la pandémie.

     

    Point essentiel pour nous soignants, l’indisponibilité immédiate des EPI* est clairement visée.

     

    Les « problèmes structurels latents » que sont pour la Commission « le manque d’investissement dans les infrastructures et ressources humaines », et le manque de coordination entre public et privé sont accentués par la désertification de certains territoires en généralistes. Au passage, on aimerait bien signaler à l’instance européenne que rien n’est fait pour résoudre ce dernier point si on se réfère au plafonnement de nos déplacements qui signe une aggravation de l’isolement en zones éloignées.

     

    Elle félicite en revanche la France quant à sa réaction sur le volet budgétaire (compensations pour le personnel soignant, renforcement des services de santé, indemnités de l’Assurance maladie…).

     

    Mais on peut s’inquiéter pour la sortie de crise : dans quel état seront nos finances publiques, quid du budget de la Sécurité Sociale ? Et puisque nous sommes des acteurs de santé publique, dans quel état allons nous trouver ceux dans nos patientèles qui sont les plus précaires et ceux qui vont les rejoindre ?

     

    A n’en pas douter, la crise sanitaire va céder la place à une crise économique et sociale de grande ampleur.

     

    * équipements de protection individuelle.

     

    Source : Hospimedia

    Leave a reply →