• 19 MAI 20
    • 0
    Les chiffres sur la contamination des professionnels de santé et du médico-social

    Les chiffres sur la contamination des professionnels de santé et du médico-social

    Santé publique France , enfin, des chiffres sur la contamination des professionnels de santé et du médico-social.

    65 840 personnes ont ainsi été touchées pour la période du 1er mars au 10 mai.

    Il faut distinguer les salariés du secteur sanitaire public ou privé (25 337) et ceux du secteur médico-social (40 503) dont 75 % exercent en Ehpad.

    85 % du personnel, du secteur sanitaire, touchés sont des professionnels de santé, soit 21 500, avec 28 % d’infirmiers (7 171 cas). Et c’est énorme.

     

    Les aides-soignants ne sont pas non plus épargnés avec 26 % d’infectés, quand les médecins représentent 10 %, les étudiants en médecine ou paramédicaux 7 %. 2420 ASH* ont également été déclarés.

    Au-delà des contaminations, on constate malheureusement treize décès : quatre médecins, trois aides-soignants, un professionnel de santé « autre », et cinq personnels non soignants.

    Bien entendu les régions les plus impactées sont l’Ile-de-France (8 331 cas) devant les Hauts de France (3 285), la Bourgogne-Franche-Comté (2 659) et le Grand-Est (2 623).

     

    Ces chiffres montrent le lourd tribut payé par le personnel dans les  établissements.

    Mais, à ce jour, aucune étude de l’impact de la pandémie sur le secteur libéral, et en particulier les infirmiers libéraux, n’est encore connue ni entreprise. Nous rappelons que ce sont eux qui se sont trouvés en première ligne dès le début de l’épidémie, sans masques et sans équipements de protections avec le silence assourdissant de leur Ordre et des Ars.

    Nous attendons que ces études soient démarrées au plus vite et que ces chiffres nous informent, enfin, sur le nombre de décès en ville.

    Au-delà des bonnes intentions affichées, les Pouvoirs publics nous doivent cela.

    Déjà pour permettre un travail de deuil collectif et pour apporter un soutien aux familles des professionnels endeuillés. Mais aussi pour pointer véritablement la défaillance de l’Etat dans la protection de ses soignants. Le Président de la République qualifiait de « guerre » cette épidémie qui aura sacrifié un nombre conséquent de ses soldats partis au front sans aucune munition.

     

    Aujourd’hui, nous restons attentifs aux actions du gouvernement et souhaitons qu’il ait bien « entendu » le désarroi mais aussi la colère des soignants et à quel point il est important d’aboutir à cette demande.

     

    *agents des services hospitaliers

     

    Source : hospimedia

    Leave a reply →