• 14 MAI 20
    • 0
    Les dernières mesures impressionnantes à déchiffrer… bon courage* !

    Les dernières mesures impressionnantes à déchiffrer… bon courage* !

    Marre, marre, marre ! Encore, ça fait du bien : marre, marre, marre !

    Non mais vraiment, ça suffit les mesures prises de tête.

    Alors que nous traversons tous une période particulièrement difficile et stressante, où nous avons dû faire avec les messages contradictoires des pouvoirs publics, voilà que la Cnam** nous pond encore des mesures qu’il faut déchiffrer. Comme si nous n’avions que ça à faire.

    Et ceux qui s’acoquinent avec elle en négociant des trucs pareils, de râler qu’ils n’y comprennent rien non plus ! Bouh, ils ne sont plus contents. Ils nous avaient déjà fait le coup en s’apercevant que, zut, ce qu’ils avaient négocié pour les surveillances covid, ben finalement c’était pas assez. Des amateurs on vous dit.

    Il y a d’abord les facturations exceptionnelles aux caisses des patients des SSIAD. Nous avons tardé à publier*** car tout était source à interprétation :

    -certaines Cpam ou certains SSIAD nous disaient que ça concernait tous les patients, d’autres qu’il ne s’agissait que de l’activité liée à l’aide que nous leur apportons pendant la crise.

    -on ne savait pas comment il fallait coter et là aussi les avis officiels divergeaient : les compléments de facturation correspondent à une majoration dimanche sous le forme d’un AMI ou AMX 2,7 ou d’un AIS 3.2. Mais si on cumule à un AMI 1, cela devient AMI 3,7 : que devient alors la MAU pourtant facturable selon le texte, comme toutes les autres majorations ? Un coup on nous disait de facturer le détail, un coup on nous disait de cumuler.

    -la date de début d’application de cette mesure était annoncée au 12 mars et au 6 pour le Grand Est, mais on lit ailleurs que tout commence le 6 partout en France.

    -on pourra facturer aux caisses rétroactivement et rembourser les SSIAD : super simple. Cette mesure aurait tellement pu être anticipée. Mais quand il s’agit de dispositions pour les idels, on n’est jamais les premiers car pas prioritaires.

    Il y a ensuite l’aide compensatrice versée par les Cpam pour l’équipement et l’achat de protections individuelle, et pour perte d’activité.

    -Parce que vous en trouvez beaucoup vous des protections individuelles ? La plupart des grossistes physiques ou sur internet affichent des stocks vides.

    -On nous dit que chaque idel devra percevoir 700 € sur la base d’un calcul opaque auquel personne ne capte rien. Dans le message des Cpam on lit aussi : « Une récupération pourra cependant intervenir si les montants perçus à ce titre s’avéraient supérieurs à l’indemnisation totale finale calculée par l’Assurance Maladie ». Ça met de suite en confiance et on a très envie de se précipiter pour obtenir cette aide.

    -Si elle est réellement de 700 € pour tous les idels, qu’on prenne le fichier adeli et qu’on nous la leur verse illico presto. Et aussi le fichier des remplaçantes qui sont dores et déjà exclues de ce dispositif car non conventionnées : il y a eu d’autres dérogations alors pourquoi pas pour elles ?

    -Ceux qui ont négocié ont pensé à tout sauf à être simples. Ils sont en pourparlers avec la Carpimko non pas pour obtenir une annulation des charges pour 3 mois (on rêve) mais pour des aides destinées à tout le monde, y compris cette fois pour les remplaçantes.

    -Et la cerise sur la gâteau : il y a des bugs lors de la saisie sur amelipro : on arrive à une prime de 0 € au lieu de 700 €… Ca ne vous rappelle pas le BSI ? Nous, si ! Ils récidivent. Courage, fuyons. Ou virons-les.

    Enfin, il y a notre soi-disant « implication » dans les tests covid (PCR) avec un détail selon des situations que nous reprendrons quand l’arrêté sera paru, et là encore c’est super simple. Et c’est de la pure propagande. Car on sait d’ores et déjà qu’on est carrément écartés des « brigades » départementales malgré les effets d’annonce du Premier Ministre. Il n’aura fallu que quelques heures pour décider que les généralises seraient payés 55 €. Facile, net, compréhensible et vite facturable. Nickel en d’autres termes. Sans parler des problèmes déontologiques que pose ce dispositif de traçage.

    On voit mal comment les médecins ou les agents de la sécu aiguilleraient vers nous pour tester alors que dans ce qui se dit partout, les labos vont être interconnectés avec les données saisies et que le parcours se ferait plutôt vers eux. Bref encore une grosse arnaque.

    Ils aiment tellement tous négocier pour nous sortir des mesures illisibles que même en temps de crise, ils n’ont que ça à faire. Et manifestement, ça leur plaît de nous compliquer grave la vie. Les fauteuils de leurs bureaux sont si confortables. Ils se filmeront encore en se gargarisant d’avoir filé du matos à un max d’idels. C’est beau la solidarité.

     

    *on est preneur de toute interprétation fiable et définitive…

    **Caisse nationale d’assurance maladie.

    ***lien vers l’article sur la facturation aux SSIAD

    Leave a reply →