fbpx
    • 10 AVR 20
    • 0
    L’Onsil écrit* au Ministre des Solidarités et de la Santé pour lui demander de ne pas accorder de dérogation aux pharmaciens pour réaliser les tests sanguins de dépistage du Covid-19

    L’Onsil écrit* au Ministre des Solidarités et de la Santé pour lui demander de ne pas accorder de dérogation aux pharmaciens pour réaliser les tests sanguins de dépistage du Covid-19

    Toulouse, le 10 avril 2020

    Monsieur Olivier Véran

    Ministre des Solidarités et de la Santé

    14, avenue Duquesne

    75007 Paris

     

    Monsieur le Ministre,

    Nous apprenons que l’Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine (USPO), en vue de la campagne de tests sérologiques de dépistage du Covid-19 menée par le gouvernement et qui se mettra progressivement en place en France durant le déconfinement, vous sollicite pour qu’ils soient effectués en officine. En ces temps de crise, l’USPO anticipe une appropriation, selon nous, déplacée.

    Que les pharmaciens dispensent des autotests en officine ceci nous parait logique. Les pharmaciens ont déjà obtenu le droit de vacciner, c’est un fait. Par contre, le test sanguin représente une effraction cutanée d’une autre nature.

    Nous nous permettons de vous signaler que d’ores et déjà, nous avons constaté et fait remonter aux ARS des cas de pharmaciens qui ne respectent pas les conditions liés à la vaccination (pas de local dédié, gestion des Dasri non réglementaire et détournement des actes aux dépens des infirmiers et des médecins libéraux). Nous envisageons d’ailleurs la saisine de l’Ordre des pharmaciens si de telles pratiques devaient perdurer.

    Aussi, pensez-vous vraiment que ces professionnels soient dans leur rôle et leurs prérogatives lorsqu’ils vous sollicitent pour effectuer ces tests sanguins ? la motivation n’est que financière et nous le déplorons.

    Nous avons à disposition des laboratoires, des médecins et nous-mêmes, infirmiers, qui assurons quotidiennement et sur tout le territoire des prélèvements sanguins.

    Nous avons les compétences requises pour les réaliser dans les conditions optimales, tant pour les patients que pour la fiabilité des résultats.

    Nous observons bien que la profession d’infirmière attise beaucoup de convoitises.

    Cependant, cette crise aura permis de faire découvrir le champ des compétences infirmières que ce soit en structure ou à domicile et l’intérêt pour notre pays de les préserver.

    Dans un contexte où la population et les pouvoirs publics reconnaissent le rôle prépondérant des soignants et particulièrement des infirmiers, donner cet acte aux pharmaciens représenterait une concurrence que nous ressentirions comme déloyale et nous démotiverait dans l’engagement qui est le nôtre. Nous avons par ailleurs le désir fort de participer largement au dépistage massif de la population et ceci dans l’éventualité d’une mise en place des test à domicile.

    Aussi, monsieur le Ministre, nous vous demandons de faire un geste vers les infirmiers libéraux et de ne pas accorder une fois de plus aux pharmaciens une dérogation inutile.

    Dans l’attente de vos mesures et de vous lire, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de ma plus haute considération.

     

    Antoinette Tranchida – Présidente.

    Copie du courrier à : Premier ministre 

     

    * Téléchargez le courrier en Pdf ICI : Courrier O Véran tests sanguins

    Leave a reply →