• 23 MAR 20
    • 0
    Crise sanitaire, les grandes annonces des CPAM

    Crise sanitaire, les grandes annonces des CPAM

    Les Cpam ont communiqué hier sur les dispositions administratives nous concernant pendant la crise sanitaire que nous traversons.

    Reprenons point par point les annonces qui vont, c’est certain, encourager et faire chaud au cœur de toute la profession.

    Les Cpam sont toujours à la pointe dès lors qu’il s’agit de sémantique :

     

    • « Valorisation de l’acte de surveillance infirmière à domicile ». Dans la prise en charge des patients positifs au covid-19 on appliquera la cotation relative à la surveillance de la BPCO. Valorisation : c’est sûr, nous envoyer au front sans aucune protection pour 9€ nets, c’est de l’héroïsme. Ceux qui nous ont négocié ça sont réellement nos représentants à n’en pas douter. La valorisation est énorme, tout comme la largesse des Cpam dans la rémunération. On sera reconnaissant à vie…

     

    • « vous êtes autorisés à coter un ami5,8 » : ont-ils relu ce qu’ils écrivent en ces temps où nous avons besoin d’encouragements ?Nous sommes « autorisés » sous la grande tutelle de la sécu… Les mots ont un sens.

     

    Dans cette situation, on peut par ailleurs facturer les IK sans tenir compte du cabinet le plus proche.

    « Le nombre d’actes et la fréquence de réalisation sont déterminés par la prescription médicale ». Là encore, même en situation de crise avec des généralistes débordés et pour beaucoup atteints par le covid-19, rien n’est laissé à notre appréciation. Nous ne sommes pas à la hauteur de la situation car, c’est bien connu, nous ne savons ni réfléchir ni apprécier une situation. Déjà, dans sa publication précédente*, le Ministère rappelait : «La place de l’infirmier est bien dans le suivi et la surveillance des patients et non pas dans le diagnostic d’une décompensation respiratoire qui doit être fait par le médecin“. On avait déjà bien compris : pas d’initiative, ok ? Mais on ne demandait pas ça. Juste du matériel et des compensations financières à la hauteur. C’est tout. On ne le souhaite bien entendu pas mais si beaucoup de généralistes sont atteints, avec une démographie infirmière élevée, il est bien possible qu’on nous laisse apprécier les paramètres et la fréquence de la surveillance avec plus de largesse et de latitude.

    La création de l’acte de télésuivi bénéficie lui aussi d’une cotation de misère (ami3,2 soit 5€ nets), tout comme les actes de téléconsultations. Mais on a l’habitude avec des syndicats qui ne négocient rien et qui de fait, n’obtiennent rien. Les idels ont l’habitude de bosser pour rien, ça passera comme une lettre à la poste tant elles culpabiliseront à l’idée de polémiquer dans cette situation de crise. Même au risque de nous contaminer et contaminer nos autres patients.

    Passons sur la possibilité de facturer des frais de déplacement même s’ils ne sont pas prescrits, afin de ne pas contaminer nos cabinets. C’est une bonne mesure qui va sous le sens. Mais la plupart des actes sont déjà réalisés à domicile.

    Pour ce qui est des feuilles de soins en mode dégradé, on va vous faire gagner temps nous dit en substance la CPAM, pas la peine de les envoyer. Mais, parce qu’il y a un mais, gardez-les bien au cabinet car ce n’est que du provisoire. On sait que vous êtes des fraudeurs en substance, alors sachez qu’on pourra vous les demander. Autant les scanner et les envoyer, elles ne représentent qu’un faible pourcentage dans nos flux.

    On remarque quand même que quand on veut, on peut prendre certaines mesures pour faciliter les tâches administratives et le quotidien. Ainsi, la possibilité de l’exercice simultané des remplaçants et des titulaires a été pondue illico. Comme quoi !

    Et même certains conseils régionaux de l’Ordre reprennent le texte in extenso. Ils communiquent tard pour nous annoncer de grandes nouvelles !

    Puisque des leçons seront à tirer de cette crise, puissent les caisses nous simplifier réellement la vie, changer leur discours et le choix des mots avilissants, et revenir sur la complexité de l’avenant 6. Mais on verra ça après.

    Ah, aussi,on allait oublier. La CPAM nous… remercie. Pas nous !

    * https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/covid-19_fiche_medecin_v16032020finalise.pdf

    Les textes des CPAM ici : https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/665893/document/fiche_prise_en_charge_en_ville_des_patients_covid-19_par_les_ps_-_assurance_maladie.pdf

    et aussi d’autres infos ici : :https://www.ameli.fr/haute-garonne/infirmier/actualites/coronavirus-covid-19-ou-trouver-des-informations

     

     

    Leave a reply →