• 15 MAR 20
    • 0
    Communiqué de presse :   Au premier jour du stade 3 de l’épidémie, et de la crise sanitaire majeure liée au Covid-19, les infirmières et infirmiers libéraux de France sont sonnés et abasourdis

    Communiqué de presse : Au premier jour du stade 3 de l’épidémie, et de la crise sanitaire majeure liée au Covid-19, les infirmières et infirmiers libéraux de France sont sonnés et abasourdis

    Toulouse, le 15 mars 2020

     

    Au premier jour du stade 3 de l’épidémie, et de la crise sanitaire majeure liée au Covid-19, les infirmières et infirmiers libéraux de France sont sonnés et abasourdis en lisant un courriel du syndicat Fni envoyé à ses adhérents.

     

    Prêts à se mobiliser et à assurer leur mission de soins sur l’ensemble du territoire où ils assurent un maillage sans faille, on les sollicite avec une logistique défaillante. Depuis le début de la crise, nous réclamons à qui veut l’entendre du matériel de protection qui fait toujours défaut.

     

    Nous allons être, avec les équipes hospitalières mobiles et celles des services, les professionnels de santé les plus exposés, la médecine générale s’organisant le plus possible en télé médecine.

     

    Que dire de la différence qui est faite entre la distribution quasi officielle dès lundi, de masques ffp2 aux médecins qui ne se déplaceront plus chez les patients, et le manque d’accès à ces mêmes masques pour les infirmières qui devront, elles, se déplacer au domicile de leurs patients ?

     

    À ceux qui disaient qu’il ne fallait pas parler d’argent, et qui trouvaient cela indécent et déplacé, la Fni et le Sniil s’y sont (bien malheureusement comme d’habitude) attelés et ont encore une fois offert la profession sur un plateau !

     

    Ce sera donc un ami 5,8 comme supposé hier… afin d’être cohérent avec notre nomenclature. Cela aurait pu être l’équivalent d’une cotation de perfusion, soit un ami 15, tout aussi cohérent et laissant la possibilité de multiplier les passages si besoin en cotant les surveillances rattachées à ces actes.

     

    Ces deux organisations complètement dépassées par la crise, jettent une fois de plus leur incompétence et leur manque de courage à la face de la profession. NON, nous ne voulons pas polémiquer mais nous sommes simplement en colère et solidaires de nos consœurs et confrères qui sont déjà en première ligne, qu’on est loin de rassurer et à qui on n’offre aucune assurance, aucune protection et aucune reconnaissance. Qui ne demande rien n’obtient tout simplement rien.

     

    L’Onsil a fait des propositions détaillées et adaptées à la hauteur de la situation et des risques pris par notre profession. Nous joignons notre communiqué de presse de vendredi dernier.

     

    L’Onsil, loin de dicter la conduite à tenir aux infirmier-es libéraux de France, les soutiendra quelles que soient les décisions qu’ils prendront en leur âme et conscience dans une situation où ils ne sont pas ou si peu assistés et protégés. Et bien sûr avec tous les risques qu’engendre le manque de matériel dont les masques entre autres, rappelons-le.

     

    Les infirmiers libéraux n’ont pas attendu que ces « syndicats » se déplacent au Ministère pour s’organiser et s’entraider.

     

    Nous dénonçons officiellement cette mascarade de négociations qui, une fois de plus, met la profession devant le fait accompli !

     

    Il ne reste plus qu’à souhaiter, qu’après cette crise sanitaire, les tutelles se souviennent que ce sont les infirmier-es libéraux qui se seront une fois de plus mobilisés comme à l’accoutumé pour répondre à la demande de soins. L’Onsil sera là pour le rappeler et les professionnels peuvent y compter.

     

    Antoinette Tranchida,

    Présidente.

    Contact presse : A Tranchida : 06 07 08 01 19

     

    Téléchargez le Communiqué de presse du 13/03/2020 :

    Covid-19, les Infirmières Libérales sont prêtes à soigner, mais pas dans n’importe quelles conditions !

    Leave a reply →