• 15 DÉC 19
    • 0
    AVENANT 6 – L’Onsil n’en veut pas !

    AVENANT 6 – L’Onsil n’en veut pas !

    L’avenant 6 : une aberration conventionnelle !

     

    L’ONSIL appelle les infirmiers à se rebeller contre la dictature de la CNAM et de leurs syndicats partenaires.

    L’ONSIL vous donne RDV le 9 janvier 2020 devant les cpam de vos départements !

     

    Ils auront beau nous dire que ça va bien se passer nous sommes aujourd’hui bien conscients qu’il n’en est rien !

    • BSI : forfait journalier.

    Adieu les cotations pour les passages supplémentaires tels qu’insuline, glycémies, pansements diabétiques etc. Car on sait que la majorité des actes ne se cumuleront pas à taux plein au BSI mais seront côtés en appliquant la dégressivité telle que définie par l’art 11Bis de la nomenclature.

    Quelle avancée !

     

    • BSI insécable : quid du partage d’honoraires ?

    C’est comme la coumadine tu ne peux pas la couper en 4 !

    Déjà, tu dois faire un contrat pour chaque patient avec chaque infirmier intervenant, il est vrai qu’en plus de nos études on a tous un master de droit…

    En plus tu crées un lien de subordination …non ?

    Alors toi je te donne 4 € parce que tu as fais l’insuline, toi 6 € parce que tu l’as levé, moi je prends le reste parce que tu comprends il était souillé hier soir….

    Allez  on se retrouve en conciliation ou on en parle autour d’un café ?

     

    • BSI et indus : tu factures, tu partages les honoraires et… tu es contrôlé ;

    Mais seul celui qui a facturé rembourse et surtout reçois le courrier, , est accusé d’être un fraudeur, supporte les poursuites, les indus, la pression, bref… burn-out en vue !

    Cette fois ci on se retrouve chez le psy !

     

    • AMX, IFI : tu cumules un acte avec le BSI c’est un AMX, tu te déplaces c’est une IFI.

    En fait, tu es fliqué et c’est tellement plus simple pour les caisses pour te contrôler.

    Par contre toi tu galères entre les AMX, AMI, IFD et IFI, tu sais plus où les ventiler sur tes feuilles de soins, et ton cerveau commence à chauffer. Ça sent l’erreur…les indus !

     

    • Bsi A,B ou C :

    Alors ton patient est léger ? Mais que fait-il dans une tournée d’infirmière ?

    Hop, passage en SSIAD ou en ASV (auxiliaire de vie sociale).

     

    • Ton patient est intermédiaire ? Alors là c’est jack pot il paraît …

    Sauf que d’aggravation en amélioration en passant par des hospitalisations, des ré hospitalisations, des retours en catastrophe le soir, tu ne peux réévaluer ton BSI que 2 fois par an , rémunéré ….après c’est pour ta pomme.

    Sans compter que ton BSI initial, c’est au début de la prise en charge, pas en renouvellement de ta prescription et ça c’est déjà dans les discours des caisses.

    Au final on reste assujetti à l’interprétation des caisses encore et toujours.

     

    D’ailleurs, ton patient est hospitalisé à 14 h et tu es passé le matin ?

    Tu factures quoi ? Comment ? Là aussi c’est laissé à l’interprétation des caisses.

     

    • Ton patient est lourd ? Jack pot bis !

    Ouahou tout ce que tu vas gagner en plus !!

    Et oui, il est vrai qu’on fait des prises de sang tous les jours, des perfs aussi et des pansements lourds et je ne vous parle pas des bpco …

    Par contre, ton extraction de fécalome, ta pose d’alimentation entérale, ta sonde naso-gastrique qui se bouche, c’est le vrai quotidien… mais ça c’est gratuit !

     

    • Ton patient est lourdement handicapé ?

    Et bien tu vas lui expliquer que l’état va leur demander avec leur allocation handicapée de se payer une asv dont ils ne veulent pas car maintenant tu feras moins de passage qu’avant, et pas trop longtemps parce qu’avant tu faisais tes 4 séances de soins, plus d’autres passages possibles pour les soins techniques et tu partageais ton patient avec d’autres cabinets, de nuit, par exemple, parce que la qualité de soin et le bien-être du patient c’est ton credo !

    Bref tu vas devenir maltraitant !

     

    • Ton patient est en soins palliatifs ?

    Tu as trop d’actes surtout des gratuits, tu veux prendre ton temps mais tu ne peux pas car pas assez rémunéré et que tu n’as pas non plus choisi de rentrer dans les ordres en devenant infirmier.

    Pas de panique l’HAD est là, sur son cheval blanc et va prendre les choses en main, te piquer ton patient, te sous-traiter les soins qu’ils veulent et là c’est marche ou crève !!!

     

    • Enfin, on t’appelle pour des soins :

    « Madame vous avez quel âge ? 90 ans ? Et bien désolé, je n’ai plus de place ! » Parce que tu ne veux plus te prendre la tête avec la caisse, et tout ça pour pas un rond. On te pousse à être calculateur, à trier tes patients …. Désolant !

     

    Vous voulez d’autres raisons qui justifient notre opposition ?

    Mesdames et messieurs qui ont imaginé cet avenant,

    Vous les biens pensants qui l’avez signé,

    Prenez vos vraies responsabilités vis-à-vis des infirmiers de terrain qui vont connaître l’enfer, qui vont se retrouver couverts d’indus car tout est tellement limpide dans ce texte,….soyez courageux et dites leur la vérité !

     

    Alors on peut parler, débattre, mais rien ne remplace une vraie manifestation !

    L’avenant 6 on n’en veut pas !

    On le clame haut et fort, on se syndique, on leur montre qui sont les vrais soignants !!! On manifeste notre colère et on fait tomber cet avenant. On se regroupe en collectif anti-bsi dans chaque département

     

    On se rend en masse aux réunions d’information organisées par les CPAM et on leur fait savoir fermement notre désaccord comme l’ont fait en masse mes collègues de Grenoble qui ont claqué la porte et que nous soutenons sans condition.

    Et surtout RDV le 9 janvier 2020 devant les caisses départementales !

     

    Antoinette Tranchida

    Infirmière libérale en Isère

    Présidente ONSIL

    Leave a reply →