• 27 DÉC 16
    • 0
    Pour les tout derniers jours qui nous séparent de la nouvelle année,

    Pour les tout derniers jours qui nous séparent de la nouvelle année,

    l’Onsil va respecter la trêve des confiseurs, appellation imagée de la période entre Noël et le jour de l’an, généralement passée au repos !

    Pour la petite histoire, issue de la grande, sachez que l’expression est apparue en France vers 1875, à l’occasion des vifs débats à la Chambre entre monarchistes, bonapartistes et républicains, sur la future constitution de la Troisième République.
    En décembre 1874, d’un commun accord, tous les groupes de la Chambre jugèrent que l’époque du renouvellement de l’année était peu propice à des débats passionnés. À cette occasion la presse satirique a alors imaginé l’expression de  » trêve des confiseurs ».
     » Aux approches de Noël, par une sorte d’accord entre les parlementaires, on ne soulève pas de questions irritantes, qui, troublant l’esprit public, nuiraient aux affaires. Et même, afin de mieux vivre en paix, on se sépare, on se donne des vacances. Donc, point d’aigres propos et pendant cette accalmie, les marchands de sucreries, de gâteaux, de friandises, font, tout doucement, leur petit commerce.  »
    Alors bon réveillon à tous dans cet esprit !

    Leave a reply →