• 04 MAI 18
    • 0
    Notre Premier ministre insiste, l’Onsil résiste !

    Notre Premier ministre insiste, l’Onsil résiste !

    En marge de la délocalisation de Matignon dans le Cher, notre Premier ministre Édouard Philippe a indiqué ce matin sur France bleu qu’il ne souhaitait pas contraindre les jeunes médecins à s’installer dans les zones touchées par la désertification médicale.

    Il n’est pas question de contraindre les médecins à s’installer dans les déserts médecins a-t-il déclaré et en substance, la solution serait de développer les maisons de santé et la télémédecine !

    On peut se demander si le Premier ministre connaît le dossier et même s’il connaît les malades :

    • Les maisons de santé sont mises en place depuis plus de 5 ans soit dans des endroits où il n’y en a pas besoin, soit n’apportent rien car les médecins n y vont pas ou les quittent ;
    • La télémédecine n’est accessible que pour la population connectée et familiarisée avec les nouvelles technologies.

    Cette position montre que la politique du Gouvernement est faite pour les jeunes, pour les villes et pour celles et ceux qui ont les moyens d’accès à un certain niveau de vie.

    Même si les personnes âgées et/ou non connectées pouvaient entrer en consultation avec le médecin, pourrait-on avoir confiance en un diagnostic mis en place après une clinique faite sans la possibilité de mettre en œuvre nos cinq sens, et sans pouvoir vérifier les dires des patients ? Les patients peuvent altérer un diagnostic involontairement ou non, induire en erreur par une mauvaise compréhension, un oubli, un déni, …

    Pourrait-on avoir confiance dans une consultation qui se fera sans la présence d’un praticien de santé, puisque notre Ministre de la santé résume le rôle de l’infirmière auprès des patients à domicile à celui de faire le travail administratif du médecin, préparer les ordonnances et lui faire signer, prendre des rendez-vous après son accord avec des spécialistes, récupérer les résultats d’analyse ?

    Encore une fois, l’État protège les médecins, ne reconnaît pas le rôle des infirmières et infirmiers, même si ceux-ci ont un Master, au détriment des patients et futurs patients. Le prochain problème de santé publique sera l’abandon médical d’un grand nombre de la population !

    Envoyez à votre député, faites envoyer ces simples mots :

    • Je veux un accès à la santé égal pour tous ;
    • Je veux un accès direct à tous les praticiens de santé dont nos infirmiers libéraux, qui nous soignent bien et au meilleur coût 24h/24 et 7jours/7 !

    2.5.0.0
    2.5.0.0
    2.5.0.0
    2.5.0.0
    Leave a reply →