• 06 NOV 17
    • 0
    LE DÉCRET RELATIF À LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ET L’EXERCICE PARTIEL DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ EST PARU CE 3 NOVEMBRE AU JOURNAL OFFICIEL.

    LE DÉCRET RELATIF À LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ET L’EXERCICE PARTIEL DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ EST PARU CE 3 NOVEMBRE AU JOURNAL OFFICIEL.

    Demain, la population française sera donc soignée soit par des robots sans humanité, soit par des personnels non qualifiés.

    Demain, les infirmiers seront alors sans emploi car, comme d’habitude, au lieu de traiter la cause de la désertification médicale, le gouvernement n’en traite que les effets sans tenir compte des effets secondaires du traitement mis en place.

    Madame Buzyn, notre Ministre des solidarités et de la santé est pourtant médecin ?

    « Les modalités d’application de l’exercice partiel en France des professionnels de santé de l’UE sont publiées. L’avis d’une commission et, le cas échéant, de l’ordre concerné, devra être motivé et suivre un modèle précis, qui reste à fixer par arrêté. Des mesures de compensation des connaissances et compétences manquantes sont prévues. »
    « Ainsi, comme l’indiquait le projet de décret soumis le 2 octobre à l’avis du Haut Conseil des professions paramédicales , l’autorité compétente — comprendre l’État, le ministère ou la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS), délivrant les diplômes et autorisations d’exercice — se prononce sur la demande d’accès partiel après avis d’une commission mais aussi de l’ordre, si la profession en est dotée.»

    D’autres pays européens ont exclu les professions médicales et paramédicales de ce dispositif, mais notre gouvernement ne juge pas l’activité de soins comme un secteur suffisamment notable pour en protéger les modalités d’accès et d’exercice.

    Leave a reply →